Thrillers

Absences – Alice Laplante

Absences

 

Édition : Robert Laffont

Nombre de pages : 414

Genre : thriller, contemporain

Résumé :

Amanda O’Toole, soixante-quinze ans, a été retrouvée morte à son domicile, les quatre doigts de la main droite minutieusement amputés. Bien que Jennifer White, sa voisine, soit sa meilleure amie, c’est sur elle que se portent tous les soupçons : elle s’est disputée avec Amanda peu de temps avant sa mort et son passé de chirurgien orthopédiste la désigne comme l’auteur de ce meurtre.

Mais Jennifer est atteinte de la maladie d’Alzheimer et ne sait pas elle-même si elle est coupable. Du brouillard de sa conscience tout à tour lucide et confuse émerge le récit du drame et les figures de tous ceux qui y sont mêlés : sa fille, Fiona, et son fils, Mark, ambigu comme son père, Amanda, bien sûr, ou encore Magdalena, le garde-malade dévouée mais qui a enfoui certains secrets elle aussi.

Est-ce Jennifer qui a tué Amanda et lui a ainsi mutilé la main ? Pour quelle raison ? Finira-t-elle par retrouver dans sa mémoire malade des révélations sur ce crime ? Avec une personnalité aussi imprévisible et tourmentée, la vérité ne peut être simple.

Mon avis :

J’ai lu ce livre dans le cadre d’un partenariat avec livraddict et les éditions Robert Laffont que je remercie encore une fois pour cet envoi. La quatrième de couverture me faisait vraiment envie et je me suis dit que ça pourrait être un très bon thriller vu le thème. Quand j’ai reçu le livre j’ai trouvé le format vraiment bien fait, les pages étaient aérées, la police d’écriture vraiment bien choisie… Mais le contenu n’a vraiment pas collé à mes attentes et je dois avouer que ce livre ne m’a pas plu du tout. J’ai réellement peiné à le terminer. Pendant ma lecture, j’ai vraiment voulu refermer ce livre pour ne plus jamais le rouvrir mais je me suis accrochée dans l’espoir que l’histoire s’améliore mais malheureusement ce ne fût pas le cas. On suit Jennifer, retraitée, atteinte de la maladie d’Alzheimer et qui nous raconte son histoire. Sa meilleure amie se fait assassinée et elle en est le principal suspect. Ce livre était censé être un thriller, mais je n’ai pratiquement vu aucun aspect de ce genre littéraire dans ce roman à part à la fin où on découvre le pot-au-rose. Et quel poteau ! Non franchement, ça ne l’a vraiment pas fait avec moi. De plus, pour moi l’écriture n’avait pas de cohérence… Pourquoi écrire ce roman à la première personne si cette personne est atteinte d’Alzheimer ? Je trouve que la troisième personne aurait été plus judicieuse, d’ailleurs toute la troisième partie du livre est écrite comme cela et j’ai vraiment plus apprécié. J’ai lu la chronique de Stellade (http://stelladealapage.blogspot.fr) et je suis tout à fait d’accord avec elle, cette lecture nous met mal à l’aise… nous suivons la déchéance de Jennifer sans aucun aspect du thriller comme annoncé et c’est vraiment dommage.

Concernant les personnages, je ne me suis attachée à aucun d’eux ! Et quand je ne m’attache pas, la lecture en est encore moins facile. Même l’héroïne m’a réellement « gonflée ». Je m’excuse du terme mais je n’en trouve pas d’autre. J’ai bien compris en lisant ses souvenirs qu’avant même sa maladie, elle n’était pas une personne réellement agréable, hautaine. Bref, je n’ai même pas eu de pitié pour elle, pour sa maladie, c’est pour dire ! L’assassinée, Amanda O’Toole, m’a plus qu’énervée ! Quand elle intervenait dans les souvenirs on se rend bien compte que c’était une femme donneuse de leçons, moralisatrice au possible, et s’accaparer les biens des autres et essayait même de s’accaparer les enfants de sa meilleure amie… Honnêtement, j’ai réellement pensé qu’elle avait un problème et n’était pas nette. Parlons des enfants… Entre une fille dont ne sait pas quoi penser réellement et un fils qui profite de la mémoire défaillante de sa mère pour lui piquer de l’argent, que doit-on penser et ressentir ? Je les ai détesté tous les deux point final. L’aide soignante, Magdalena, est également une profiteuse et ne mérite pas vraiment qu’on s’attarde dessus. La seule que j’ai à peu près bien apprécié est la policière mais qu’on ne voit que très peu puisque… il n’y a pas réellement d’enquête !

Bref, vous l’aurez compris, je n’ai pas apprécié cette lecture. J’étais perdue la moitié du temps et les personnages m’ont énervée du début à la fin. J’étais contente d’avoir Stellade pour qu’on se soutienne durant cette lecture et pour nous motiver à la finir !

Je remercie encore une fois livraddict et les éditions Robert Laffont pour cet envoi.

Publicités
Thrillers

Ne la quitte pas des yeux – Linwood Barclay

Ne la quitte pas des yeux

 

Edition : France loisirs

Nombre de pages : 606

Genre : Thriller

Résumé :

Vous êtes mariés, père d’un petit garçon. Un boulot intéressant. Un couple plutôt heureux. Et si le pire était à venir ?

Une belle journée, une sortie en famille, votre épouse qui s’éloigne quelques instants. Et qui ne revient pas. Fugue ? Enlèvement ? Suicide ?

Mon avis :

J’ai pris ce livre totalement au hasard à la médiathèque, la couverture m’intriguait et le résumé m’avait semblé vraiment pas mal. Je dois dire que je n’ai pas regretté de l’avoir choisi. J’ai mis un peu de temps à le lire, mais bon j’avais beaucoup de choses en cours. En tout cas, je dois dire que c’était un excellent roman, malgré quelques aspects prévisibles et peut-être quelques longueurs. Ce livre est en cinq parties, et j’en ai trouvé quelques une assez longues… Il faut y passer si l’on veut tout comprendre. Un petit point m’a légèrement agacée lorsque l’on est du point d’une femme qui s’appelle « Kate » mais bon… J’ai très vite deviné de qui il s’agissait et c’était un peu énervant. À part cela, j’ai trouvé l’intrigue vraiment bonne et je dois dire que les personnages étaient vraiment bons. Linwood Barclay a une écriture fluide, qui se laisse lire.

Concernant les personnages, j’ai bien aimé David Harwood pour qui la famille compte plus que tout, surtout son fils. Il cherche à tout prix ce qui est arrivé à sa femme, mais il a vraiment du mal ? Par moment, je l’ai trouvé un peu mou du bulbe tout de même. Alors qu’il croit à une machination lancée contre lui, nous, en tant que lecteur, on a deviné depuis longtemps ce qu’il se passe. Alors oui, il n’a pas tous les indices comme nous… Mais bon au bout d’un moment son raisonnement tourne un peu en rond alors que c’est carrément sous son nez. Hormis cela, il fait tout pour s’en sortir, et on peut dire que cet homme ne manque pas de courage, et remue ciel et terre pour trouver des indices. Jan Harwood est… détestable au possible. J’ai vite compris ce qu’elle manigançait et franchement je l’ai haï. L’auteur nous fait vite comprendre par différents indices son plan machiavélique, et honnêtement, je ne comprendrai jamais comment on peut faire un truc pareil et abandonner toute sa famille derrière soi comme si on n’en avait jamais eu. Mais on comprend vite également que sa faille est son petit garçon. J’ai jubilé lorsqu’elle se fait avoir en beauté pendant sa course folle. Je n’ai éprouvé aucune sympathie pour elle, ni aucune compassion. Ethan est là sans être vraiment là dans le roman, il parle assez peu mais c’est normal vu son âge (4 ans). Mais on sent bien qu’il ne comprend pas ce qu’il se passe et que sa maman lui manque (ce qui fait que j’ai détesté Jan d’autant plus). Les plus touchants sont le couple Richler. Les pauvres… Ils ont été sacrément secoués par la vie, et ne s’en remettront jamais.

En bref, un bon moment de lecture, un bon roman mais qui je pense était un peu trop prévisible. Je pense retenter un livre de cet auteur.

Thrillers

Le tribunal des âmes – Donato Carrisi

Le tribunal des âmes

 

Édition : Calmann-Lévy

Nombre de pages : 453

Genre : Thriller

Résumé :

Rome. Sa dolce Vita, son capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables.

Marcus est un homme sans passé. Sa spécialité : analyser les scènes de crime pour déceler le mal partout où il se terre. Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd’hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d’une jeune étudiante kidnappée. Sandra est enquêtrice photo pour la police scientifique. Elle aussi recueille les indices sur les lieux où la vie a dérapé. Il y a un an, son mari est tombé du haut d’un immeuble désaffecté. Elle n’a jamais tout à cru à un accident. Leurs routes se croisent dans une église, devant un tableau du Caravage. Elles les mèneront à choisir entre la vengeance et le pardon, dans une ville qui bruisse encore de mille ans de crimes chuchotés au cœur du Vatican.

Mon avis :

Quel plaisir de retrouver Donato Carrisi avec ce nouveau roman ! Je me faisais une joie de le lire et j’ai eu raison ! Tout peut semble simple au début : une jeune fille disparaît, des questions : une fugue ? Un enlèvement ? On ne sait pas trop au départ. Mais la police soupçonne vite un enlèvement. Dans l’ombre de la police deux hommes mènent l’enquête : Marcus et son « acolyte » Clemente (c’est un nom de famille juste au cas où quelqu’un se poserait la question…). On a très vite des histoires en parallèle, spécialité de cet auteur je crois. Et on fait la connaissance de Sandra qui mène l’enquête au sujet de la mort de son mari. Nous sommes plongés dans des histoires assez complexes où on pense qu’il n’y a aucun rapport alors qu’on se trompe complètement. Tout est en fait relié et c’est ce qui fait le talent de l’auteur. On se retrouve au cœur du Vatican car Marcus est un pénitencier, un prêtre qui résout des affaires judiciaires en quelque sorte. Il va résoudre plusieurs affaires vieilles de quelques années, et tout cela en jonglant avec l’histoire de Sandra qui recherche corps et âme la vérité. Je ne me suis jamais sentie perdue durant ma lecture. D’ailleurs, les différents personnages vont se croiser. La trame de l’histoire est vraiment bien ficelée : les pénitenciers, le tribunal des âmes… C’était vraiment enrichissant et intéressant. Mais attention, nous avons une troisième histoire en parallèle, je ne savais pas trop à quoi ça faisait référence et on ne le comprend qu’à la toute fin. Du suspens jusqu’à la fin, et c’est ce que j’aime chez cet auteur, il sait nous maintenir dans le livre jusqu’à la dernière ligne !

Au niveau des personnages, on ne peut que s’y attacher ! Marcus qui se demander qui il est, c’est vraiment un personnage que j’ai beaucoup aimé. Même si j’ai été choquée à la fin. Sandra est ambitieuse, courageuse et ne se laisse pas abattre, elle a un caractère que j’apprécie beaucoup. Des personnages faits pour qu’on ne puisse qu’aimer ce thriller. L’écriture est simple, fluide, écrit magnifiquement bien. C’est un thriller percutant, simple mais efficace, des personnages secrets et très sombres qui font que c’est une histoire palpitante. La noton du bien et du mal est quelque peu… bancale et remise en question dans ce livre. En bref, je l’ai trouvé un peu en-dessous par rapport au chuchoteur mais vu le coup de cœur que ça a été, je m’en doutais un peu. Mais pour ce roman c’est un second coup de cœur pour cet auteur !

Coup de ♥

Thrillers

Thérapie – Sebastian Fitzek

Thérapie

 

Édition : L’Archipel

Nombre de pages : 278

Genre : Thriller

Résumé :

Josy, douze ans, la fille du célèbre psychiatre berlinois Viktor Larenz, est atteint d’une maladie qu’aucun médecin ne parvient à diagnostiquer. Un jour, après que son père l’a accompagnée chez l’un de ses confrères, elle disparaît. Quatre ans ont passé. Larenz est toujours sans nouvelles de sa fille quand une inconnue frappe à sa porte. Anna Spiegel, romancière, prétend souffrir d’une forme rare de schizophrénie : les personnages de ses récits prennent vie sous ses yeux. Or, le dernier roman d’Anna a pour héroïne une fillette souffrant d’un mal étrange, qui s’évanouit sans laisser de traces… Le psychiatre n’a dès lors plus qu’un seul but, obsessionnel : connaître la suite de son histoire.

Mon avis :

J’ai envie de dire WAOUH pour ce livre que Herr Fitzek nous a écrit ! Décidément, c’est un grand « oui » pour cet auteur. Il m’a conquise ! Si vous voulez un excellent thriller psychologique, sur un fond de schizophrénie et autres maladies mentales, vous êtes très bien tombés ! L’auteur nous tient en haleine à chaque page, du suspens vraiment tout le long. Plus j’avançais dans le livre, plus je trouvais que ça devenait dingue et plus j’aimais ça. On ne peut qu’être surpris en fait. On a un pauvre papa, le Docteur Lorenz, qui ne se remet pas de la disparition de sa fille et qui se retrouve enfermé dans un hôpital psychiatrique attaché. Alors que lui-même était psychiatre. Ironie du sort n’est-ce pas ? Pour comprendre comment il en est arrivé là on voyage avec lui sur sa petite île où il va pour se recueillir et pouvoir faire son deuil. Jusqu’à ce qu’apparaît cette mystérieuse Anna, schizophrène, qui voudrait se faire soigner par ce psychiatre « à la retraite ». Commence alors un espèce de cercle vicieux où ce pauvre homme ne pourra se dépêtrer de cette femme. Il veut, après tout, connaître la fin de son histoire, qu’il pense être la fin de l’histoire de sa propre fille. Ce personnage a quelques frayeurs, que personnellement en tant que lectrice, j’ai partagé avec lui. Lorsque Lorentz essaye de résoudre toute cette histoire, on ne peut pas s’empêcher de vouloir faire la même chose, et même à la limite de vouloir l’aider à pouvoir avancer dans son bazar. On va de fausse piste en fausse piste, de catastrophe en catastrophe pour ce pauvre homme jusqu’à la fin. Et ce dénouement qui m’a plus que surprise ! Mais qui me fera frôler le coup de cœur… J’aurai préféré, je pense, une autre fin, mais honnêtement, il faut lire ce livre. Sebastian Fitzek est un auteur vraiment excellent, et j’ai hâte de m’atteler à un nouveau livre ! J’ai d’autres livres de cet auteur dans ma PAL que j’ai hâte de lire !

Thrillers

Tu ne te souviendras pas – Sebastian Fitzek

Tu ne te souviendras pas

 

Édition : L’Archipel

Nombre de pages : 346

Genre : Thriller

Résumé :

Célèbre avocat berlinois, Robert Stern a rendez-vous avec l’une de ses anciennes maîtresses sur une friche industrielle. Elle vient accompagnée de Simon, 10 ans, qui s’accuse de meurtres perpétrés quinze ans plus tôt ! Inconcevable. Et pourtant sur les indications du garçon, Stern découvre un premier cadavre, celui d’un homme que Simon prétend avoir assassiné à coups de hache…

Tout aussi incroyable, ce DVD que Stern reçoit le lendemain, une vidéo récente, montrant, en pleine santé, son fils qu’il croyait mort.

Hallucination ? Manipulation ? Délire paranoïaque ? Toutes les certitudes de Stern viennent de voler en éclats. Et cette voix qui lui demande : croyez-vous en la réincarnation ?

Mon avis :

Je ne sais pas, en ce moment j’enchaîne avec les livres assez étranges je l’avoue. Mais c’est un étrange très positif pour ma part. J’ai trouvé que l’auteur avait franchement pris un gros risque avec un sujet pareil… mélanger thriller et surnaturel, ça passe ou ça casse. Et bien pour ma part c’est plus que bien passé car ça a été rudement bien maîtrisé ! L’auteur nous fait naviguer dans son livre très simplement et l’enquête que mène Stem est vraiment bien ficelée. Par moment, on se demande vraiment s’il va y arriver, ou lâcher prise. En ce qui concerne, Simon, honnêtement j’ai failli y croire à son histoire. On pourrait facilement tomber dans le panneau. Au final, c’est assez déconcertant, mais personnellement je voulais en savoir encore plus. Le roman en lui-même est très fluide, rythmé et les chapitres sont très courts ! Et heureusement que c’est un mélange de tout cela, parce que bon c’est assez glauque (pédophilie, trafic d’enfants…). Je préviens qu’il y a des scènes assez dures, et par moment j’avais envie de pleurer. Dans la quête que mène Stem, celui-ci va demander de l’aide à un ancien client : Borchert, qui n’est pas, il faut le dire, un enfant de cœur mais qui est à sa façon très attachant. Il est proche de beaucoup de réseaux criminels mais il a des principes et de très bons. Il s’attache au petit Simon et on voit bien qu’ils deviennent très proches. Carina (l’ex maîtresse de Stern) est une incroyable optimiste ! Puis nous avons forcément Simon : un enfant courageux atteint d’une tumeur du cerveau incurable, il est vraiment très attachant, et on sent qu’il veut que Stern l’aide vraiment. En ce qui concerne Stern, je l’ai trouvé très touchant, il a un passé très tumultueux derrière lui et de grosses blessures encore pas du tout cicatrisées. Pour l’identité de la voix… Je ne m’y attendais pas du tout ! J’ai été vraiment surprise. Donc pour donner un avis final : c’est un très bon roman que je conseille, original et prenant que j’ai vraiment beaucoup aimé.

Thrillers

Le dernier homme bon – A.J. Kazinski

Le dernier homme bon

Édition : JC Lattès

Nombre de pages : 568

Genre : Thriller

Résumé :

Et si l’humanité reposait sur trente-six « justes » ?

Un tueur sévit à travers le monde, avec des cibles pour le moins singulières : médecins, militants des droits de l’homme, avocats… Tous œuvrent pour le bien. Les meurtres sont d’autant plus mystérieux que les cadavres portent sur le dos d’étranges marques. Niels Bentzon, négociateur au sein de la police de Copenhague, aidé par l’astrophysicienne Hannah Lund, est persuadé que c’est au Danemark qu’aura lieu le prochain drame. En plein sommet sur le climat, comment repérer les hommes bons parmi tant de victimes potentielles ? Personne ne prend au sérieux ces deux personnes un brin fêlés, pourtant brillants, dont la quête semble perdue d’avance… Une  intrigue éblouissante et un dénouement à couper le souffle !

Mon avis :

Bon et bien, j’avoue avoir mis un peu de temps pour cette critique. Mais bon, il faut dire qu’avec la reprise des cours ça n’a pas été chose facile, non pas que le livre n’ait pas été génial ! Oui, vous l’aurez deviné, j’ai tout bonnement adoré ce livre. Nouveau coup de cœur pour moi. J’ai été vraiment surprise par ce roman, il nous garde vraiment en haleine et même pas besoin d’hémoglobine ! J’ai beaucoup aimé l’histoire basée sur la légende des « 36 justes », c’était vraiment bien ficelé. Quand l’histoire démarre, il y a 34 victimes et par ces crimes des personnes se rencontreront pour essayer de changer les choses et éviter d’autres meurtres. Je me suis beaucoup attachée à Niels et à Hannah qui est complètement fofolle il faut le dire, mais tellement intelligente. Dans ce roman, il y a une réelle réflexion en réalité sur le Bien, le Mal et la vie après la mort. En tout cas, ce fût une belle lecture que je recommande. Il fait 500 pages mais on les dévore rapidement !

Coup de ♥

Thrillers

Le chuchoteur – Donato Carrisi

le chuchoteur

 

Édition : Calmann-Lévy

Nombre de pages : 438

Genre : Thriller

Résumé :

Cinq petites filles ont disparu. Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.

Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement. Dans le huit-clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.

Quand on tue des enfants, Dieu se tait, le diable murmure…

Mon avis :

Quel livre époustouflant ! J’ai réellement été bluffée. Bon il faut avoir le cœur bien accroché, je ne vais pas vous le cacher. Mais je ne pense pas que vous en serez déçus ! C’est une écriture et une histoire qui nous tient dans un rythme haletant et qui nous laisse réellement dans le suspens, honnêtement, il n’y a aucun moyen de découvrir la fin tellement il y a de surprise. Et ça, jusqu’à la dernière ligne ! On s’attache vraiment aux personnages, surtout pour mon cas : j’ai adoré Gavila, Mila mais aussi Boris. J’ai trouvé le sujet assez sensible puisqu’elle touche aux enfants mais c’est surtout psychologique en vérité. Je n’ai trouvé ce livre « glauque » littéralement parlant, je l’ai trouvé vraiment bon et sans exagération. Honnêtement, ce qui faisait froid dans le dos en finissant l’histoire, c’est que ce récit est basé sur des faits réels. En tout cas un excellent livre que je classe en coup de cœur que je ne peux que recommander.

Coup de ♥

Thrillers

Da vinci Code – Dan Brown

Davinci code

Édition : Pocket

Nombre de pages : 745

Genre : Thriller

Résumé :

Un éminent spécialiste de symbologie de Harvard est convoqué au Louvre pour examiner une série de pictogrammes en rapport avec l’œuvre de Vinci. En déchiffrant le code, il met au jour l’un des plus grands mystères de notre temps… et devient un homme traqué.

Mon avis : 

J’ai aimé ce roman, et je n’ai pas été particulièrement influencée par toute la publicité qui a été faite. Je l’ai trouvé au premier abord original et assez unique. Je n’avais pas encore lu de livres dans ce genre là. J’ai trouvé l’intrigue particulièrement bien ficelée. Je n’ai pas trouvé l’adaptation cinématographique particulièrement bien faite, aussi je ne me suis pas fiée au film lorsque j’ai lu le livre. Sinon c’est un très bon livre et je vous le conseille fortement.

Thrillers

Un ticket pour l’enfer – Laurent Botti

Un ticket pour l'enfer

 

Edition : XO

Nombre de pages : 479

Genre : Thriller

Résumé :

Son mari la bat depuis des années. Le jour où il essaie de s’en prendre à son fils de neuf ans, elle n’a pas d’autre choix : elle s’interpose… et le tue. Mais son mari est un flic, un ripou, avec des ennemis et des secrets. Maintenant, c’est à elle de payer. Une seule chose compte désormais pour cette mère blessée : fuir, échapper à son passé, et surtout, surtout, protéger son fils, qui, dans des sortes de « transes », perçoit des bribes d’avenir… un avenir aux couleurs de l’enfer. A moins qu’ils n’arrivent à renverser le destin.

Mon avis :  

J’ai trouvé ce livre vraiment sympa . L’enfant qui a des capacités extraordinaires, des personnages assez étranges et violents. La façon dont l’auteur construit son intrigue, et le caractère ainsi que la psychologie de ses personnages rend son histoire réelle. De plus, le suspense est maintenu jusqu’au bout. Je vous le conseille fortement.