Sagas contemporaines

Le cimetière des livres oubliés, Tome 2 : Le jeu de l’ange – Carlos Ruiz Zafon

Le jeu de l'ange

 

Édition : Pocket

Nombre de pages : 672

Genre : contemporain

Résumé :

Barcelone, années 1920. David Martin, dix-sept ans, travaille au journal La Voz de la Industria. Son existence bascule un soir de crise au journal : il faut trouver de toute urgence un remplaçant au feuilletoniste dominical. Sur les conseils de Pedro Vidal, chroniqueur à ses heures, David est choisi. Son feuilleton rencontre un immense succès et, pour la première fois, David est payé pour ce qu’il aime le plus au monde : écrire.
En plein succès, David accepte l’offre de deux éditeurs peu scrupuleux : produire à un rythme effréné des feuilletons sous pseudonyme. Mais après quelques années, à bout de force, David va renoncer. Ses éditeurs lui accordent alors neuf mois pour écrire son propre roman. Celui-ci, boudé par la critique et sabordé par les éditeurs, est un échec. David est d’autant plus désespéré que la jeune fille dont il est amoureux depuis toujours – et à laquelle le livre est secrètement dédié – va épouser Pedro Vidal.
Son ami libraire, Sempere, choisit ce moment pour l’emmener au Cimetière des livres oubliés, où David dépose le sien. Puis arrive une offre extraordinaire : un éditeur parisien, Corelli, lui propose, moyennant cent mille francs, une fortune, de créer une texte fondateur, sorte de nouvelle Bible, « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d’être tués, d’offrir leur âme ».

Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique du meurtre se met en place autour de David. En vendant sa liberté d’écrivain, aurait-il vendu son âme au diable ? Épouvanté et fasciné, David se lance dans une enquête sur ce curieux éditeur, dont les pouvoirs semblent transcender le temps et l’espace.

Mon avis :

Bizarre, c’est le premier mot que j’utiliserai pour qualifier ce livre. Mais a bizarrerie n’a joué en rien sur le fait que j’ai beaucoup aimé ce roman. Ce n’est pas un coup de cœur, je le dis tout de suite, mais je l’ai beaucoup apprécié. Cette Barcelone est une ville, il faut le dire, vraiment étrange, pleine de mystères et d’intrigues. J’ai passé un très bon moment avec David Martin. Parfois, il peut paraître égocentrique, narcissique, ou même tête à claques mais il n’en reste pas moins attachant. Il est égoïste et parfois vraiment imbu de lui-même et je dois dire que parfois c’est un peu lourd… Mais il est ainsi pour se protéger. Il cherche à être un écrivain reconnu, même si pour cela il doit vendre son âme au diable. J’ai trouvé des personnages vraiment attachants. Le meilleur ami de David : Vidal, qui lui a donné sa vie pour l’aider à surmonter ses problèmes, ou encore Christina qui est réellement une tête de mule, j’aime beaucoup son caractère. Mais le personnage qui m’a le plus émue et pour lequel j’ai versé une petite larme fut : Sempere, le propriétaire de la librairie. Il a tout donné à David Martin, des livres alors qu’il ne pouvait pas les payer, mais surtout de l’amour et a agit comme un père pour lui. J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman et je vous le conseille. Je retiens de ce livre une seule question véritable : faut-il être célèbre et reconnu pour être véritablement heureux ?

Publicités
Sagas contemporaines

Le cimetière des livres oubliés, Tome 1 : L’ombre du vent

L'ombre du vent

 

Édition : Le livre de poche

Nombre de pages : 637

Genre : contemporain

Résumé :

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile,  » ville des prodiges  » marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y  » adopter  » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets  » enterrés dans l’âme de la ville  » : L’Ombre du vent.

Mon avis :

J’ai déjà lu Le jeu de l’ange de cet auteur que j’avais vraiment adoré et j’avais un peu peur d’être déçue de ce livre… mais alors pas du tout ! C’était juste un univers passionnant. C’est le genre de livre, qui, quand on l’ouvre on ne peut juste plus le refermer. On passe, en tant que lecteur, par pas mal d’émotions. On voit grandir le narrateur de cette histoire, Daniel Sempere, on grandit avec lui. On le voit apprendre la vie, se sentir perdu à cause d’elle. Puis il découvre ce fameux livre : L’ombre du vent de Julian Carax. Toute sa vie bascule à partir de là. C’est là que commence le début de la fin. C’est tout un engrenage qui se met en route, entraînant Daniel dans des secrets terribles. Il veut à tout prix savoir qui est Julien Carax. Ce livre est truffé de mensonges, de trahisons, d’amour, et le narrateur va vite se rendre compte qu’il est trop impliqué dans cette affaire. La police va s’en mêler, la violence… Personnellement, déjà habituée à l’écriture de l’auteur, je me suis vite immergée dans l’histoire. J’étais dans ce livre, j’y vivais presque. On découvre peu à peu les mystères de ce livre. Les personnages dans ce roman sont fascinants. Le personnage de Daniel est juste génial, petit à petit il analyse de mieux en mieux les situations, et il est de plus en plus malin et se rapproche de plus en plus de la vérité. J’ai également beaucoup aimé le père de Daniel qui est un homme sage, et qui fait découvrir le mystère du labyrinthe des livres oubliés. Et puis nous avons Fermin, que j’ai adoré ! Tellement drôle, bout-en-train, légèrement pervers, mais sage également qui deviendra au fur et à mesure du livre le meilleur ami de Daniel. Nous découvrons également Clara, que personnellement j’ai détesté, elle a beau être aveugle et tout cela, je la hais tout de même. Et Béa… qui paraît tellement narcissique mais qui, au final, est une bonne personne. La fin…. et quelle fin ! Aucune déception ! Au final, un livre plus que coup de cœur, qui si vous ne faites pas attention peut vous avaler l’âme…

Coup de ♥

Sagas contemporaines

Benny et Désirée, Tome 2 : Le caveau de famille – Katarina Mazetti

Le caveau de famille

 

Édition : Babel

Nombre de pages : 259

Genre : contemporain

Résumé :

Elle c’est Désirée, la bibliothécaire, et lui c’est Benny, le paysan. Elle dévore les livres comme les produits bio, lui élève des vaches et n’imagine pas qu’on puisse lire « de son plein gré ». Pourtant, ils s’accordent trois essais pour avoir un enfant ensemble. Si cela ne donne rien, c’est terminé pour toujours. Et si ça marche…

Comme le disait un critique littéraire suédois : « Le quotidien tue l’amour, la vie de famille l’enterre. » C’est gai. Bienvenue dans le caveau de famille !

Mon avis :

J’ai vu beaucoup d’avis mitigés sur ce livre sur pas mal de blogs avant de le lire, mais pour moi c’est un avis positif ! J’ai pas mal souri, voire ri pendant ma lecture. On retrouve Benny toujours dans sa ferme, installé avec une nouvelle femme. Désirée, toujours bibliothécaire qui veut à tout prix un bébé, et à qui le propose-t-elle ? A Benny forcément. Il y avait des scènes vraiment comiques. Dans ce livre, ils vont nous raconter sept années de leur vie à tour de rôle. Ce sont des personnages assez… paradoxaux. Séparés, ils ne peuvent pas vivre et vivre ensemble, ils se supportent à peine. On voit un Benny qui voudrait une femme qui travaille à la ferme avec lui, mais avec Désirée on est à des années lumières de cela ! J’aime beaucoup Benny comme dans le premier volet. Mais bon… il n’évolue pas, malheureusement pour lui. Il pense toujours que les femmes vivent comme sa mère, ou sa grand-mère. Tout le roman est énergique, vif, qui ne laisse pas de répit et puis c’est vraiment humoristique. J’ai beaucoup aimé les réflexions de Désirée pendant ses grossesses. En bref, un bon livre que je ne regrette pas d’avoir lu et qui m’a beaucoup plu.

Sagas contemporaines

Benny et Désirée, Tome 1 : Le mec de la tombe d’à côté

Le mec de la tombe d'à côté

Édition : Babel

Nombre de pages : 253

Genre : contemporain

Résumé :

Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d’à côté, dont l’apparence l’agace autant que le tape-à-l’œil de la stèle qu’il fleurit assidûment. Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s’en sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose d’autodérision. Chaque fois qu’il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Un jour pourtant, un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux éblouis… C’est le début d’une passion dévorante. C’est avec un romantisme ébouriffant et un humour décapant que ce roman d’amour tendre et débridé pose la très sérieuse question du choc des cultures.

Mon avis :

Tout d’abord j’ai adoré ce roman ! Pas un coup de cœur mais pas loin, ce n’est pas le cas à cause de la fin qui m’a un peu déçue, je l’ai trouvé juste un peu fade. J’ai trouvé Désirée assez casse-pied, assez hautaine, mais j’ai adoré Benny ! Il a tout à fait raison dans les propos qu’il tient dans ce livre : les problèmes économiques, le travail à fournir. J’ai beaucoup aimé la façon dont a été construit le livre, les personnages parlent à tour de rôle, c’est-à-dire qu’un chapitre sur deux on a le point de Désirée ou de Benny. Chacun argumente son point de vue j’ai trouvé ça vraiment bien. Benny est beaucoup plus attachant car il fait plus d’efforts envers Désirée qui elle n’en fait pas en retour. On a de tout dans ce livre et surtout des pensées intimes truffées d’humour ! J’ai bien ri à certains passages. On voit bien la question qui se dégage de ce roman : est-ce que l’amour peut exister entre deux personnes de cultures et de caractères totalement différents ?

J’ai bien ri, j’ai été touchée et émue, c’était un très bon roman que je recommande.

Sagas contemporaines

May et Pearl, Tome 2 : Ombres chinoises – Lisa See

Ombres chinoises

 

Édition : Flammarion

Nombre de pages : 453

Genre : contemporain, romance

Résumé :

Vingt ans après leurs aventures dans Filles de Shanghai, May et Pearl tentent de sauver la fille de cette dernière, Joy, qui tentant de retrouver son père, s’est jetée à corps perdu dans le projet de la nouvelle République de Chine, inconsciente des dangers du nouveau régime.

Mon avis :

Ce livre est la suite de Filles de Shanghai et j’étais vraiment contente de le trouver à la médiathèque ! Je ne savais même pas qu’il y avait une suite d’ailleurs donc surprise. J’ai été ravie de retrouver May et Perle ainsi que Joy même si May n’est que peu présente dans ce tome. J’ai dû relire la dernière page du livre précédent pour me souvenir de ce qu’il se passait à la fin, et la suite est tout à fait logique. Dans ce roman, le personnage central est Joy qui dans la fin de Filles de Shanghai s’enfuyait. Toutes les trois vivent à Chinatown à la fin des années 50, et Mao lance « Le grand bond en avant » pour lequel Joy se bat en Amérique avec des idées idylliques. Mais en réalité, elle fuit l’Amérique pour retrouver son véritable père. L’écriture de l’auteure est toujours aussi belle selon moi. Beaucoup de personnes avec qui j’ai discuté de ce livre m’ont dit qu’ils avaient eu l’impression d’avoir un cours d’histoire sur la période Mao en Chine, personnellement ce n’est pas ce que j’ai ressenti. C’est justement ce que j’aime dans les livres de Lisa See.

Concernant les personnages, on a une description de la Chine par les deux personnages, Perle et Joy, bien distinctes. Elles nous écrivent la propagande maoiste, les conditions de vie des habitants de Shanghai et des paysans à la campagne. Toutes deux ne voient pas les choses de la même manière. Perle est vraiment consciente de la réalité du pays, et se rend bien compte que c’est en total déclin et qu’il est bien pire que quand elle est partie. Joy, elle, est aveuglée par son idéalisme. Mais elle va très vite déchanter par rapport aux différentes « aventures » qui vont se passer dans sa vie. Elle va vite se rendre compte que le gouvernement qu’elle avait tant défendu en Amérique n’est pas du tout le même lorsqu’on le vit. J’ai beaucoup apprécié le personnage de Z.G. C’est un artiste au départ dans la ligne de mire du gouvernement puis celui que l’on idolâtre pour ses peintures de propagande maoistes. Concernant Joy en particulier, elle m’a parfois passablement énervée. Mais c’est à mon avis le but de l’auteure. Au début, elle ne veut pas écouter sa mère sur la situation du pays et fait son entêtée, et nous montre un côté de sa personnalité pas vraiment appréciable, mais par la suite et surtout vu ce qu’elle vit, elle devient beaucoup plus « sage » et attachante.

En bref, ce livre n’est pas un coup de cœur, mais une très bonne suite que j’ai pris plaisir à lire et que je vous conseille.

Sagas contemporaines

May et Pearl, Tome 1 : Filles de Shanghai – Lisa See

Les filles de Shanghai

 

Édition : Flammarion

Nombre de pages : 426

Genre : contemporain, romance

Résumé :

Chine, 1937. Shanghai est le joyau de l’Asie, ville lumière, colorée et tumultueuse, abritant millionnaires et mendiants, patriotes et révolutionnaires, artistes et seigneurs de guerre. C’est aussi là que vivent les sœurs Chin, Pearl et May, magnifiques jeunes femmes, aisées et rebelles, aux tempéraments pourtant opposés. Mais l’insouciance s’arrête brutalement pour les deux soeurs le jour où leur père, ruiné, décide de les vendre à des Chinois de Californie, venus chercher des épouses en Chine. Alors que les bombes japonaises s’abattent sur leur ville natale, une nouvelle vie commence à Los Angeles pour les jeunes femmes. Pearl et May tentent de s’adapter au rêve américain, elles cherchent l’amour et la célébrité tout en bravant le racisme qui sévit aux États-Unis à cette époque.

Mon avis : 

Lisa See… toute une histoire d’amour. J’ai déjà lu Fleur de neige, et franchement ce livre ne m’a vraiment pas déçue. C’est une histoire super prenante, avec une écriture très fluide et très agréable à lire. Si vous vous intéressez à la culture chinoise et son histoire il faut lire ce livre.c’est très historique, et honnêtement l’histoire est très intéressante. On s’attache aux personnages. Vraiment je le recommande.

Sagas contemporaines

Joséphine Cortès, Tome 3 : Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi – Katherine Pancol

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi

 

Édition : Le livre de poche

Nombre de pages : 939

Genre : contemporain, drame

Résumé :

Souvent la vie s’amuse.
Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud.
Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails. Ils veulent du lourd, de l’imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d’un homme tremblant.
Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue… Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi…

Mon avis :

Le troisième tome est dans le même ton, dans le même style que les deux premiers. On retrouve le même travail sur le personnage et leur part dans l’histoire. Le travail sur le caractère d’écriture est très marquant chez Katherine Pancol. Tous différents mais rappelant des personnes que l’on peut connaître ou même se reconnaître dans certains de ces personnages. De plus le petit Junior est plus que génial, avec ce petit côté surnaturel dans le roman. Son rôle et ses réflexions sont juste hilarantes. Bref des romans simples, émouvants, pas prise de tête. Donc à lire !

Coup de ♥

Sagas contemporaines

Joséphine Cortès, Tome 2 : La valse lente des tortues – Katherine Pancol

La valse lente des tortues

 

Édition : Le livre de poche

Nombre de pages : 752

Genre : contemporain, drame

Résumé :

Ce livre est une bourrasque de vie…
Un baiser brûlant du seul qu’on ne doit pas embrasser. Deux bras qui enlacent ou qui tuent. Un homme inquiétant, mais si charmant. Une femme qui tremble et espère ardemment…
Un Homme qui ment si savamment. Une femme qui croit mener la danse, mais qui passe son tour. Des adolescents plus avertis que les grands…
Un homme qui joue les revenants. Un père, là haut dans les étoiles, qui murmure à l’oreille de sa fille…
Un chien si laid qu’on s’écarte sur son passage.
Des personnages qui avancent obstinément comme des petites tortues entêtées qui apprendraient à danser lentement, lentement dans un monde trop rapide, trop violent.

Mon avis :

Tout comme le premier, le second tome est un vrai pavé. Mais il se laisse lire aussi vite ! Et l’histoire s’ouvre d’autant plus, on découvre d’autres facettes de Joséphine ainsi que d’autres personnages. On aime de plus en plus Joséphine et son caractère.

Coup de ♥

Sagas contemporaines

Joséphine Cortès, Tome 1 : Les yeux jaunes des crocodiles

les yeux jaunes des crocodiles

 

Édition : Le livre de poche

Nombre pages : 661

Genre : contemporain, drame

Résumé :

Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles. Ce roman parle des hommes. Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être. Ce roman est l’histoire d’un mensonge. Mais aussi une histoire d’amours, d’amitiés, de trahisons, d’argent, de rêves. Ce roman est plein de rires et de larmes. Ce roman, c’est la vie.

Mon avis : 

Première impression : ce livre est un vrai pavé, deuxième impression : l’histoire est intéressante. Et en effet, elle l’est ! Le dit pavé fut lu en trois jours. Les pages défilent plus vite qu’on a le temps de lire ! La manière d’écrire de Katherine Pancol nous transporte vraiment. On s’attache rapidement aux personnages. Mais honnêtement vous aimeriez mettre quelques baffes à Hortense, un personnage qui a l’art de nous mettre en rage. Je vous le recommande !