Sagas historiques

Le bal des poignards, Tome 2 : Le couteau de Ravaillac – Juliette Benzoni

Le bal des poignards 2

 

Édition : Plon

Nombre de pages : 430

Genre : historique, romance

Résumé :

En dépit des lourdes menaces qui pèsent sur son union avec Lorenza, Thomas de Courcy n’a aucune intention de renoncer à la jeune femme. Leur mariage donne lieu à une belle fête à peine troublée par l’ordre donné au marié par le roi – un piège ? – de le rejoindre immédiatement… Et, dans les bras fougueux de Thomas, passionnément épris, Lorenza, émerveillée, découvre enfin l’amour.
Après quelques jours de bonheur absolu, le couple doit, hélas, revenir à la réalité. La guerre est sur le point d’éclater. Henri IV s’apprête à la faire pour les beaux yeux de sa passion du moment, la jeune Charlotte de Montmorency que son mari, Condé, a emmenée aux Pays-Bas.
Trois gentilshommes – dont Thomas ! – ont pour mission d’enlever la gente dame avant que les troupes françaises n’attaquent Bruxelles. A Paris, on prépare le couronnement de Marie de Médicis auquel le roi a consenti malgré les sombres pressentiments qu’il suscite : un étrange homme roux, vêtu de vert, que Lorenza a croisé, erre déjà en ville…
Le lendemain du sacre de sa femme, Henri IV est assassiné. Le couteau de Ravaillac, en ôtant la vie au souverain, a-t-il détruit aussi le bonheur de Lorenza et de Thomas ?

Mon avis :

Que de plaisir ! J’étais vraiment contente de me replonger dans l’univers de Lorenza ! Première page, on a l’impression de ne pas avoir quitté le tome 1. En fait, c’est un peu pour ça que j’ai enchaîné les deux tomes. On retrouve une Lorenza rayonnante, remplie d’amour pour le beau Thomas, qui m’a plu de plus en plus au fur et à mesure de l’histoire. Quelle idylle ! On a beaucoup plus d’action dans ce tome : les menaces qui pèsent sur le roi, celui-ci ne les écoute pas et qui finalement se fait tuer par Ravaillac. Pour la pauvre Lorenza, il n’y a pas de répit non plus, à peine mariée les menaces tombent déjà sur le couple, et déjà ils devront se séparer. On a la reine Marie de Médicis encore plus présente dans ce tome… Horreur ! Elle a tout de même un rôle important : elle met un bordel monstre à la mort de son mari. Beaucoup de choses se passent, y compris la disparition de Thomas, jusqu’à la fin j’ai cru désespérer avec ce roman… Mort ou non ? J’ai eu beau faire, ça taraude le cerveau. Fort heureusement, Honoria n’est plus présente dans ce tome. Et on rencontre d’autres personnages fort sympathiques : le Baron Hubert de Courcy, pour qui j’avais réellement un attachement. Il est tête de mule, adore ses plantes, et a un caractère en or et le cœur avec, ainsi que sa sœur, Clarisse de Courcy, qui est vraiment adorable et qui considère Thomas comme son propre fils. Ils ont tous deux adoptés Lorenza. On a aussi un personnage bien connu qui est apparu : la reine Margot ! Et oui, je ne m’attendais pas à la voir… J’ai été agréablement surprise. Dans ce roman, j’avoue que c’est l’amour qui se développe entre Lorenza et thomas qui m’a le plus plu. C’était vraiment beau et émouvant. Bref, j’ai été vraiment absorbée par l’histoire. Je l’ai lu en une matinée. J’ ai vraiment été agréablement surprise par cette auteure et j’aime beaucoup son style d’écriture.

Publicités
Sagas historiques

Le bal des poignards, Tome 1 : La dague au lys rouge – Juliette Benzoni

Le bal des poignards 1

 

Édition : Plon

Nombre de pages : 452

Genre : historique, romance

Résumé :

Elle est orpheline.
Elle a été élevée au couvent.
Elle est l’héritière d’une grande fortune et filleule de la reine de France, Marie de Médicis.
Elle s’appelle Lorenza Davanzati.
Son destin bascule lorsque son charmant fiancé, Vittorio Strozzi, est assassiné la veille du mariage au moyen d’une dague accompagnée d’un billet : quiconque prétendra épouser la jeune fille mourra de la même façon.
Lorsque la reine de France est menacée d’être répudiée par Henri IV, excédé pas son affreux caractère et ses folles dépenses, elle demande l’aide de sa riche filleule. Lorenza accepte. Il faut qu’elle gagne à la cause de la reine le plus vieil ami et conseiller d’Henri IV, le marquis Hector de Sarrance. Comment ? En épousant son fils Antoine.
Mais Antoine est amoureux d’une fille d’honneur de la reine et ne veut pas épouser Lorenza. C’est donc son père qui épousera la belle Florentine puisque son fils n’est pas libre… Jusqu’au jour jour où Lorenza est présentée à la Cour et qu’Antoine, en la voyant, est victime d’un coup de foudre.
Alors, les passions, les intrigues et les meurtres vont se déchaîner.

Mon avis :

C’est la première fois que je lis du Juliette Benzoni et j’ai été agréablement surprise. Bon, j’en avais lu beaucoup de bien mais c’était vraiment une bonne lecture. L’écriture de l’auteure est très fluide, on entre vite dans l’action, honnêtement une fois qu’on commence on ne s’arrête plus. J’ai aimé l’histoire dès le début. On s’attache très vite aux différents personnages. On a à la fois des histoires d’amour, des intrigues et des meurtres… C’était une histoire vraiment bien ficelée. Du côté historique, on est à l’époque d’Henri IV et de Marie de Médicis. C’était une superbe époque à découvrir. A travers l’enquête, l’auteure nous donne vraiment beaucoup d’explications sur l’époque. Franchement, j’ai beaucoup appris sur les mentalités et les manières de vivre de l’époque.

Au niveau des personnages, j’ai trouvé Lorenza adorable ! Elle est dévouée à son pays et n’hésite pas à se remarier pour sauver sa marraine (Marie de Médicis) alors que son fiancé vient à peine de mourir. Puis il y a Giovanetti, l’ami de Lorenza qui a très bon cœur. Antoine de Sarrance, le beau gosse de l’histoire, est juste un triple idiot doublé d’un beau pas doué et son père… exécrable, je l’ai haï ! Une brute épaisse. Le roi Henri IV est un roi qui m’a bien fait rire ! Jovial, séducteur, et vraiment drôle et attachant. Honnêtement, avec cette lecture, ça me donnait envie d’être à l’époque de ce bon roi qui apparemment était aimé de tout son peuple. Par contre, j’ai très vite haï la reine, Marie de Médicis, dite « la grosse banquière ». Elle était juste horrible, elle a dépouillé Lorenza de ses biens, et l’a laissée dans l’enfer où elle vivait alors que c’est sa filleule, ça donnait un peu envie de la baffer. Et j’ai tout autant détesté la tante Honoria. Mon dieu, elel était juste bonne à étrangler. C’est rare que je déteste autant des personnages… Et une agréable surprise… Thomas ! Un personnage très discret au début de l’histoire et pour finir au premier plan à la fin ! Je l’ai adoré ! Mignon tout plein, adorable et courageux.

En bref, une lecture captivante où on ressent beaucoup de choses : amour, haine… Je le recommande vivement !

Sagas historiques

La catin, Tome 1 – Iny Lorentz

La catin

 

Édition : France loisirs

Nombre de pages : 499

Genre : historique

Résumé :

A la veille de son mariage, rien ne prépare Marie au cataclysme qui va s’abattre sur son existence. Dans cette Allemagne du XVè siècle, sa beauté, sa chasteté et sa dot la promettent au meilleur des partis. Ce sera Maître Ruppertus Splendidus, jeune et brillant avocat qui a l’oreille des puissants. Mais quand Marie est calomniée, jetée en prison puis violée, le conte de fées tourne soudain au cauchemar… Jugée sommairement puis bannie, elle n’a d’autre solution pour survivre que de rejoindre un groupe de prostituées itinérantes. Rejetée avec ses compagnes d’infortune au ban de la société, Marie a cependant un atout qui l’aidera à surmonter toutes les épreuves: en elle, brûle le feu de la vengeance…

Mon avis : 

Une pure merveille. Très bien écrit, riche en rebondissements, on aime forcément le personnage et on déteste le sort qui s’acharne contre elle. Je l’ai lu vraiment rapidement. Encore une fois je recommande ce livre ! Adepte de lecture attelez-vous à cette lecture captivante !