Sagas historiques

Le bal des poignards, Tome 1 : La dague au lys rouge – Juliette Benzoni

Le bal des poignards 1

 

Édition : Plon

Nombre de pages : 452

Genre : historique, romance

Résumé :

Elle est orpheline.
Elle a été élevée au couvent.
Elle est l’héritière d’une grande fortune et filleule de la reine de France, Marie de Médicis.
Elle s’appelle Lorenza Davanzati.
Son destin bascule lorsque son charmant fiancé, Vittorio Strozzi, est assassiné la veille du mariage au moyen d’une dague accompagnée d’un billet : quiconque prétendra épouser la jeune fille mourra de la même façon.
Lorsque la reine de France est menacée d’être répudiée par Henri IV, excédé pas son affreux caractère et ses folles dépenses, elle demande l’aide de sa riche filleule. Lorenza accepte. Il faut qu’elle gagne à la cause de la reine le plus vieil ami et conseiller d’Henri IV, le marquis Hector de Sarrance. Comment ? En épousant son fils Antoine.
Mais Antoine est amoureux d’une fille d’honneur de la reine et ne veut pas épouser Lorenza. C’est donc son père qui épousera la belle Florentine puisque son fils n’est pas libre… Jusqu’au jour jour où Lorenza est présentée à la Cour et qu’Antoine, en la voyant, est victime d’un coup de foudre.
Alors, les passions, les intrigues et les meurtres vont se déchaîner.

Mon avis :

C’est la première fois que je lis du Juliette Benzoni et j’ai été agréablement surprise. Bon, j’en avais lu beaucoup de bien mais c’était vraiment une bonne lecture. L’écriture de l’auteure est très fluide, on entre vite dans l’action, honnêtement une fois qu’on commence on ne s’arrête plus. J’ai aimé l’histoire dès le début. On s’attache très vite aux différents personnages. On a à la fois des histoires d’amour, des intrigues et des meurtres… C’était une histoire vraiment bien ficelée. Du côté historique, on est à l’époque d’Henri IV et de Marie de Médicis. C’était une superbe époque à découvrir. A travers l’enquête, l’auteure nous donne vraiment beaucoup d’explications sur l’époque. Franchement, j’ai beaucoup appris sur les mentalités et les manières de vivre de l’époque.

Au niveau des personnages, j’ai trouvé Lorenza adorable ! Elle est dévouée à son pays et n’hésite pas à se remarier pour sauver sa marraine (Marie de Médicis) alors que son fiancé vient à peine de mourir. Puis il y a Giovanetti, l’ami de Lorenza qui a très bon cœur. Antoine de Sarrance, le beau gosse de l’histoire, est juste un triple idiot doublé d’un beau pas doué et son père… exécrable, je l’ai haï ! Une brute épaisse. Le roi Henri IV est un roi qui m’a bien fait rire ! Jovial, séducteur, et vraiment drôle et attachant. Honnêtement, avec cette lecture, ça me donnait envie d’être à l’époque de ce bon roi qui apparemment était aimé de tout son peuple. Par contre, j’ai très vite haï la reine, Marie de Médicis, dite « la grosse banquière ». Elle était juste horrible, elle a dépouillé Lorenza de ses biens, et l’a laissée dans l’enfer où elle vivait alors que c’est sa filleule, ça donnait un peu envie de la baffer. Et j’ai tout autant détesté la tante Honoria. Mon dieu, elel était juste bonne à étrangler. C’est rare que je déteste autant des personnages… Et une agréable surprise… Thomas ! Un personnage très discret au début de l’histoire et pour finir au premier plan à la fin ! Je l’ai adoré ! Mignon tout plein, adorable et courageux.

En bref, une lecture captivante où on ressent beaucoup de choses : amour, haine… Je le recommande vivement !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s