Contemporains

La couleur des sentiments – Kathryn Stockett

La couleur des sentiments

 

Édition : Jacqueline Chambon

Nombre de pages : 526

Genre : contemporain

Résumé :

Chez les blancs de Jackson, Mississipi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolence Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre état, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.

Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot.

Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

Mon avis :

Il n’y a pas de mots pour dire comment j’ai adoré ce livre ! On se retrouve dans l’Amérique profonde, à Jackson Mississippi pour être exacte, dans années ’60. On suit le destin de deux noires : Aibileen et Minny, ainsi que d’une blanche : Miss Skeeter. Et une amitié autour d’un livre va les regrouper alors que c’est totalement interdit. C’est un roman où l’on passe d’un personnage à l’autre, un roman à trois voix donc. C’était vraiment bien. A cette époque là, les blancs et les noirs vivent séparément, les noirs servent les blancs. Personnellement, j’ai été choquée de comment on traitait les noirs à l’époque. Surtout l’histoire des toilettes pour les bonnes noires. Ce roman est attachant, émouvant, où on peut avoir envie d’éclater de rire comme de pleurer. On est intime avec les personnages, on se sent proche d’eux, on connaît leur vie, leurs secrets. J’ai été vraiment touchée par Minny qui se fait battre par son mari sans rechigner alors qu’elle a un caractère à ne pas se laisse faire normalement mais qui endure tout cela pour ses enfants. C’est une écriture fluide, très simple. C’est une écriture qui rend le tout très beau. Skeeter décide d’écrire un livre sur la vie des bonnes noires chez leurs patrons blancs. Aibileen, Minny et Skeeter vont s’unir pour raconter leur vie dans ce livre. Elles racontent leur vie au quotidien. Elles prennent un gros risque en écrivant ce livre, mais elles ont toutes l’envie de faire bouger les choses. Elles vont donc se réunir avec la plus grande discrétion. On retrouvera donc des moments drôles, émouvants et une réelle amitié va les lier. Skeeter va en apprendre énormément sur la vie des noires, bien au-delà de ce qu’elle pouvait imaginer réellement.

Au niveau des personnages, Aibileen est la plus sage. C’est une femme mûre qui a appris à se taire, mais chez qui tout de même un esprit de rébellion commence à pointer. J’ai beaucoup aimé ce personnage, qui a la tête sur les épaules et qui sait calmer les ardeurs et les coups de gueule de chacun, sans elle le projet du livre n’aurait jamais pu voir le jour. Quant à Minny, elle est tout à fait l’opposé. C’est une boule d’énergie humaine qui ne cesse de se faire renvoyer car elle ne sait pas se taire. Elle dit ce qu’elle pense, alors que la règle d’or d’une bonne noire est de ne jamais rien dire qui pourrait contrarier les patrons. Mais derrière ce caractère quelque peu sanguin, c’est une femme sensible qui se laisse battre par son mari, et qui est prête à se sacrifier pour toutes les bonnes qui ont participé à ce livre. Et miss Skeeter est une blanche différente des autres, outrée par ce qu’il se passe avec les noirs et qui aimerait comprendre ce qui est arrivé à sa propre bonne, et pourquoi elle ne l’a plus jamais revue alors qu’elle l’aimait. Leur union pour ce livre est comme un espoir pour tous les noirs de Jackson et autres villes. J’ai beaucoup aimé également Mae Mobley, la petite fille que garde Aibileen qui est touchante, et vraiment drôle, on retrouve aussi pas mal de personnages dont Miss Celia qui paraît un peu folle… Elle se retrouve riche d’un coup alors qu’elle vient de la campagne sans pratiquement un sou, et j’ai haï Miss Hilly dont le sort m’a bien fait rire dans le livre. Bref, un livre intense que je qualifie de coup de coeur et que je recommande chaudement à tout le monde.

Coup de ♥

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s